Faut-il rester sans réagir?

Publié le par ADC

En démocratie, il est toujours nécessaire de veiller à l'existence de contre-pouvoirs.
Les médias jouent leur rôle, les groupes d'opposition expriment la diversité des opinions et contribuent à l'exercice d'un contrôle permanent.

Force est pourtant de constater que les logiques claniques peuvent naitre de déséquilibres institutionnels... parfois les forces en présence sont tellement dominatrices qu'elles nécessitent un sursaut citoyen.
Dans notre région, un exemple en fut donné l'an dernier lorsque Ségolène Royal refusa à son propre vice-président d'exprimer son opinion.

 
Une seule conclusion s'impose: c'est aux citoyens de se mobiliser... c'est précisement l'objet d'ADC!


Commenter cet article