LETTRE A MON AMIE SATISFAITE

Publié le par Jean-Philippe POUSSET

L'Idéologie comme étendard…..

            Le Mépris comme mode d'action…

 

Après les bonnes paroles d'une campagne menée sur les thèmes de la proximité et de la modestie, l'idéologie dont fait preuve quotidiennement Mr Philippe LAVAUD n'a d'égale que le mépris dont il fait preuve vis-à-vis de toute forme d'opinion ou de proposition différente.

Alors permettez-moi de répondre à cette charmante citoyenne d'Angoulême, qui, samedi 14 mars 2009, après avoir jeté un regard sur notre tract, me le redonna aussitôt en répliquant qu'elle était parfaitement satisfaite de la politique menée à Angoulême depuis mars 2008.


 
§         Il y a lieu effectivement d'être parfaitement satisfait, des propositions de campagne "retardées"

 
o       cette fameuse « piscine de proximité », élément phare des promesses de campagne (on se demande d'ailleurs comment Angoulême peut survivre à un tel manque !!!) qu'on nous promet brillante!!! en essayant de nous vendre des vessies, gestion associative, pour des lanternes, financement en partie par des investisseurs privés SAUF à trouver l'oiseau rare qui acceptera de financer plusieurs millions d'euros dans une structure qui ne fera pas de bénéfice….!

o       Cette magnifique télé locale sans audience dont on ne sait pas encore aujourd'hui à quoi elle va servir mais bien combien elle va coûter.

o       Les 300 logements à loyer modeste par an dont on reconnaît déjà un an après " qu'on ne les fera peut être pas tous à cause de la crise"!!! Je croyais quant à moi que bien au contraire c'était en temps de crise que ces logements seraient les bienvenus pour les gens modestes.

 
§         Il y a lieu effectivement d'être parfaitement satisfait de l'absence totale de proposition en matière de développement économique de notre ville à l'heure où les statistiques nous annoncent une perte d'habitants importante liée à une paupérisation de ces mêmes habitants, difficultés amplifiées par la crise actuelle.

Or, cette situation n'est pas une fatalité pour peu qu'il soit mis en place une politique de redynamisation du centre ville tant architecturale qu'en termes de logement, d'aménagement de la voirie, qu'en termes de cohérence des commerces de centre ville, de services de proximité           ….

Nous disposons d'une ville magnifique, d'une richesse historique qui n'a rien à envier aux autres capitales départementales de notre région, d'une richesse insoupçonnée en termes de compétence humaines et pourtant nous restons à la traîne ….CHERCHEZ L'ERREUR  chère amie satisfaite.

Au lieu de ceci, il n'existe aucun projet cohérent en matière de développement de notre ville, le maire osant affirmer à l'occasion de l'assemblée générale de l'association des commerçants CAP 2000 qu'il ne connaissait pas encore la position de la ville d'Angoulême sur l'autorisation ou non de l'extension de la zone des Montagnes et la création d'un multiplexe CGR!

N'oublions pas que Philippe LAVAUD en qualité de Président SAEM Territoires Charente a encouragé depuis plusieurs années la réussite de ce projet.

§
        
Il y a lieu effectivement d'être parfaitement satisfait de la politique culturelle de Mr LAVAUD, domaine pourtant souvent réservé des politiques de gauche.

En ce qui concerne la Médiathèque, cet outil va à l'encontre des pratiques culturelles actuelles, notamment chez les jeunes, la culture devant venir à eux et non l'inverse par des supports de communication mobiles et modernes. Cette structure, extrêmement coûteuse à la construction et systématiquement déficitaire dans le fonctionnement qui sera un poids mort en termes budgétaires pour des dizaine d'années, est en plus d'une utilité toute relative, voir en comparaison le flop de fréquentation de la médiathèque de Poitiers pourtant située en centre ville et proche des universités.
La seule utilité initiale, soit un lieu de brassage culturel, une nouvelle agora, est définitivement supprimée par son emplacement excentré.

Bien plus, Angoulême - Cité des Festivals - devra bientôt être rebaptisé Cité du Festival des amis de Mme ROYAL où la Francophonie est prétexte à une critique en règle de la politique Sarkoziste. Là aussi il s'agira pour Mr LAVAUD d'assumer ses choix politiques dans le maintien de subventions auprès de Festivals qui selon ses propres critères "font du monde"  quitte à abandonner les autres en rase campagne même s'ils ont contribué grandement à la politique de communication de la Ville depuis 10 ans.

Il est à ce titre méprisant de taxer le Festival Piano en Valois de manque de lisibilité par une dispersion tant en lieu qu'en période alors qu'un travail pédagogique formidable est développé en octobre et novembre auprès des quartiers dits sensibles d'Angoulême. Voici de la culture de proximité couplée avec un festival reconnu mondialement qui aurait du être soutenu budgétairement. Cela aurait contribué à un choix de politique culturelle clair.

Il est vrai qu'il est plus facile de s'afficher avec ses nouveaux amis à l'occasion d'un concert à Carat que de défendre le patrimoine culturel constitué par Piano en Valois et ce alors même que grâce "à la bonne gestion de notre maire" les finances de la ville le permettent tout à fait. Mais, c'est probablement ceci "l'image d'une ville qui se bouge".

§
        
Il y a lieu effectivement d'être parfaitement satisfait de l'apport politique de Mme COUTANT, qui d'une bonne idée, soit redéfinir les besoins en termes de transport et réguler l'usage des véhicules en centre ville, a immédiatement supprimé le seul moyen mis à la disposition des "extérieurs" soit le Parking-relais de CHANZY sous le prétexte que cela coûtait trop cher. Quand on n'a pas effectivement les ambitions de sa politique, au demeurant intéressante, on n’en fait pas !!!

Où sont les perspectives des projets innovants et susceptibles de redynamiser notre ville comme la piétonisation du Centre historique avec la mise en valeur autour de la Place Louvel d'un pôle commercial de qualité et de proximité, une rue de Beaulieu enfin rénovée qui ne peut se résigner à constituer un quartier totalement oublié de nos élus, débouchant en outre sur un vaste parking qui peut constituer à coût réduit une solution immédiate de relais avec des navettes électriques dont de très nombreuses villes sont déjà dotées. A quand des réseaux de vélos électriques?

Au lieu de cela, après avoir capté les voix écolo par l'échange d'un strapontin et ramener dans le rang des "amis verts" lors du vote sur l'implantation de la médiathèque, il ne s'agit plus d'une gouvernance partagée mais d'un règne sans partage où il faut être partout, affirmant ne pas déléguer.

§
        
Il y a lieu effectivement d'être parfaitement satisfait de l'augmentation catastrophique des actes de délinquance sur la ville depuis 1 an : voitures brûlées ou vandalisées, boutiques pillées, violences aux personnes….Si nos élus ne sont pas directement responsables de ces actes, la posture idéologique prise par Mr LAVAUD sur la télé-surveillance alors même que toutes les villes de droite comme de gauche qui l'ont mise en place ont vu ces actes de délinquance baisser de 30 à 40 %, est totalement incompréhensible. Au nom de la liberté individuelle, on ne protége plus le plus faible qui doit dépanner sa voiture aux pneus lacérés à ses frais.

 

Alors OUI, chère amie pleinement satisfaite, nous continuerons membres d'Ambition Démocratie Charente d'agacer notre maire non pas sur son bureau ou ses écrans, futilités qui ne suffisent pas à créer le mouvement, mais sur les vrais sujets de la vie quotidienne des citoyens de notre ville car pour le moment c'est plutôt l'immobilisme.

 

 

                                                                                             

 

Publié dans Vu d'Angoulême

Commenter cet article