La plage comme acte politique ultime?

Publié le par ADC

40 ans après, l’un des principaux slogans de mai 1968 se concrétise en Charente. Les ancêtres de nos bobos voulaient découvrir « sous les pavés la plage » ? MM Lavaud et Gourinchas nous montrent qu’ils sont fidèles aux ambitions de leurs valeureux aînés… ou qu’ils sont fidèles à leurs rêves d’adolescents… c’est selon ! Certains se rappelleront à l’inverse que lorsque l’on construit sur le sable… mais à chacun ses références !

 

Le tragique arrive lorsque la plage illustre à elle seule la légèreté d’une politique. La plage est devenue un projet phare des deux principales municipalités du département. Angoulême a déjà expérimenté le concept l’année dernière dans la cour de l’hôtel de ville. On pouvait peut-être y voir le symbole d’un château appelé à s’effondrer sur des fondations si peu solides...

 

40 ans pour en arriver là. Ces plages ne sont pas non plus celles du débarquement. Elles sont au contraire l’expression d’une certaine forme de capitulation : celle de la fin de toute ambition politique. Quel est en effet l’intérêt social ou culturel de ce projet ? Les touristes ne viennent pas en Charente pour trouver une plage. Quant à la population locale, elle préfèrera sans doute l’eau de la piscine municipale.

Il reste un signe politique : en pleine terre Royaliste, les élus font un clin d’œil à Paris-Plage comme si tous les élus socialistes de France devaient caricaturer localement les idées du marais parisien…

 

Adaptées au contexte charentais, ces plages ne sont qu’un mauvais mirage : on espère trouver un lieu de repos estival et naturel ? on trouve un bac à sable entre quelques arbres et un château en silicone… on pensait donner à une jeunesse qui ne voyage pas un peu de rêve estival ? on les cantonne dans un espace de 20 m2 entre la dernière lubie du lobby vert (le cheval écologique qui remplace le camion pollueur) et le projet de troupeaux de Monsieur le Maire.

Les romains pensaient parfois que les citoyens n’attendaient que du pain et des jeux… les socialistes charentais pensent qu’il suffit  de mettre des affiches pour transformer la ville en Venise et donner à nos étés des airs de chasse aux trésors…

 

De notre côté, nous pensons que le budget consacré à toute cette mascarade aurait pu effectivement permettre quelques voyages. Ainsi les 30 000 euros investis à Cognac auraient sans doute pu être attribués à une association, comme le Secours populaire ou le Secours catholique, pour que les enfants, aillent voir une vraie plage… après tout lorsque l’on veut casser les ghettos, on peut imaginer d’autres loisirs que ceux qui vous scotchent sur place…  

 

Profitons de ces quelques semaines de calme pour espérer que le pire n’est pas encore à venir…Nous n’osons pas imaginer que les promoteurs du projet plage iront jusqu’à proposer la création d’un fonds d’intervention régional pour la construction de plages artificielles et que, pour lui assurer une certaine pérennité, ils demanderont la création d’une formation professionnelle « métiers de la plage ».   

 

De notre côté l’association souhaite de bonnes vacances à nos lecteurs fidèles ou passagers. Nous donnons à tous rendez-vous au mois de septembre pour lancer une année qui sera notamment marquée par les élections régionales…. N’en doutez pas nous serons présents !

Commenter cet article

Jean-Claude metrot 14/11/2009 14:05


Bonjour Vincent
J'ai fait un petit tour sur ton blog et j'en sors souriant. Nous avons besoin de sourire, même de choses aussi pénible que la gestion de la ville d'Angoulême.Je crois que j'aimerai assister à la
prochaine réunion d'ADC
Jean-Claude


Vincent 19/11/2009 23:10


prochaine réunion mi-décembre pour notre "livre blanc"... tu seras le bienvenu!
merci d'en parler autour de toi.


BILLARD 09/11/2009 17:51


1)votre tract "Réagissons"....... votre ambition devrait se porter sur l'orthographe, relisez-vous
2)Angoulême : avez vous oublié l'héritage de la dette ? la perte de revenus engendrée par la fermeture d'entreprises ou leur réduction de chiffre d'affaires ? la population au chômage et ses
conséquences ? elle demeure malgré tout l'une des villes où la TH est la moins élevée ! ET la crise financière !... AUJOURD'HUI IL FAUT GERER LES PRIORITES
3)Si vous êtes capables de solutionner ces problèmes et trouver des ressources pour engager d'autres dépenses
ALORS FAITES DES PROPOSITIONS REALISTES VOUS AUREZ AINSI TOUTE LEGITIMITE POUR LE CRIER HAUT ET FORT


Vincent You 19/11/2009 23:23


Pardon pour les fautes, nous sommes sans doute allés trop vite en besogne pour ces deux erreurs.
Pour les propositions, nous en avons déjà fait sur la violence, le service minimum d'accueil, la propreté et prochainement sur le développement économique et la formation pro. A suivre donc...


jl Epinoux 14/09/2009 12:30

Mon tel:06 14 60 95 97. Je suis au Mali jusqu'au 27 Septembre; tu pex me donner tes coordonnées, je t'appelerai à mon retour Bien à toi JL

EPINOUX Jean- Louis 13/09/2009 21:33

Salut Vincent, à ta disposition pour te rejoindre, au moins par E. mail pour partager la réflexion avec ton groupe de réflexion. J'ai fait un tentative avec le MODEM,le moins que je puisse dire c'est que je reste sur ma faim. Cordialement Jean Louis EPINOUX

Vincent 13/09/2009 22:56


peux tu me faire passer tes coordonnées pour que l'on prenne un verre ensemble?

amitiés