« Effet papillon »

Publié le par Antoine Marmier

 

 

Le site internet de la ville comporte régulièrement quelques petites pépites. Le mot du maire du mois de février vaut le détour. Il ne s’agit pas d’un texte volé. Chacun pourra le consulter en se rendant sur le lien suivant :   http://www.angouleme.fr/portail/spip.php?article1028

 

Tous les clichés sont de sortie pour mieux noyer le poisson de la désorientation budgétaire sur laquelle nous reviendrons plus tard.

les-papillons-tropicaux-73033.jpg« L’effet papillon » pour mieux nous faire croire que l’augmentation des impôts à Angoulême a pour origine les déséquilibres internationaux.

 

La présidentialisation des institutions et le recul de la démocratie « d’un pas chaque jour » qui explique sans doute les dérapages historiques constatés récemment dans la bouche du maire. Quoi de plus logique et fidèle, mais dépassé, que de réécrire en Charente des chapitres du coup d’Etat permanent.

 

Sans oublier « une fascination médiatique sans précédent pour le paraître au détriment de l’action ». Le compliment ira droit au cœur du Président de la République de la part de notre maire. Nous ne voyons pas toutefois le lien avec les orientations budgétaires de notre cité. Une diversion sans doute.  

 

Toutes ces critiques adressées à l’Etat et un certain art pour instaurer un climat de peur sont en effet bien nécessaires pour essayer de faire ressortir un bilan positif des deux premières années de mandat. Angoumoisins ou plutôt gens d’Angoulême (c’est plus proximitude), soyez en convaincus, le développement de notre ville est durable car il allie l’économie, le social et l’écologie.

 

Cela est tellement vrai que depuis le mois d’avril 2008, nous- et sans doute également les élus verts- attendons toujours l’Agenda 21, document censé orchestrer le développement durable. Cela est tellement vrai que le maire n’estime pas nécessaire de s’attarder sur la dégradation de la situation de l’emploi. Cela est tellement vrai enfin que la situation est apaisée dans les quartiers et dans les foyers en difficulté.

 

A la question posée par le maire « quid de celles et ceux qui, au quotidien, par le courage de leurs engagements ou l’assiduité dans leur travail, font prospérer le territoire ? », nous répondrons qu’ils veulent des choses simples : pas nécessairement des jeux et encore moins des jouets.

 

Au final il reste à espérer que « l’effet papillon » jouera aussi à partir d’Angoulême. La situation exposée de notre ville devrait inévitablement contribuer au regain de l’économie mondiale. Nous ne doutons pas d’ailleurs que les experts de l’OCDE regardent de près ce qui se passe à Angoulême pour établir leurs prévisions. Souhaitons également que le pain que le maire nous promet ne restera pas à l’état de pétrin. 

 

 

Publié dans Vu d'Angoulême

Commenter cet article

scully 22/02/2010 21:53


lavaudeville... ou le vaudeville de lavaud...
au royaume des aveugles, les borgnes sont rois...
à suivre...