LE BILAN TOURNE EN ROND

Publié le par Antoine Marmier

 

Le maire n’est pas à une contradiction près. Alors qu’il annonçait dans le bulletin municipal du mois de mars ne pas vouloir faire un bilan de ses deux années passées à la tête de la mairie, il consacre l’intégralité du bulletin du mois d’avril à son bilan et au budget 2010.

 

 grande-roue-et-jets-deaux-tuileries 1207344061

 

Des défis pour lui-même

 

Il commence par évoquer les quatre défis qu’il entend relever et qui ne sont pas à la hauteur de l’ambition que sont en droit d’attendre les Angoumoisins. Il entend s’appuyer sur les aides des autres collectivités territoriales (région, département, agglomération). Quel défi… pour lui-même ! Cela devrait être à sa portée étant donné son lien avec ces différentes collectivités. Les manœuvres ont déjà commencé au niveau du Grand Angoulême dont il est le Président. Il pourra d’autre part bénéficier de la hausse de 8% de la fiscalité décidée par le conseil général et à laquelle il a apporté sa voix. Seule la région posera peut-être quelques difficultés : Mme Coutant n’aura qu’à bien se tenir.

 

Il veut également « assurer une plus grande transparence des décisions » alors que le bulletin ne fait aucune référence à la substantielle hausse des impôts qu’il a fait voter en septembre 2009 mais qu’il paraît décidément avoir bien du mal à assumer. On aurait également aimé quelques explications sur les véritables raisons de la fin de la Garden Nef Party qui donnent lieu, dans la presse, à des commentaires différents selon les parties : festival trop bobo au goût du maire, promesses financières non tenues ?

 

La solidarité grâce aux autres

Enfin le maire annonce vouloir « mettre en place des actions de solidarité accessibles à tous les Angoumoisins ». Ca se complique puisque, par principe, la solidarité vise à faire bénéficier certains de ce que les autres ont déjà. Mais solidaire devait être le mot à caser dans ce bulletin quitte à lui faire perdre son sens. Il l’était déjà dans le précédent bulletin dont le titre de l’édito était : « faire d’Angoulême une ville solidaire ». La solidarité semble être pour notre maire ce que la fraternité fut, un temps, pour Ségolène Royal : un slogan d’opportunité.    

 

La preuve par les actions énoncées à ce titre. On y trouve le RSA et le programme de réussite éducative dans les ZUS, dispositifs initiés et financés par l’Etat ; la déclinaison d’un plan régional pour les handicapés au niveau communal ou encore la poursuite des opérations ORU initiées par la précédente équipe. Rien de vraiment nouveau si ce n’est que le maire communique sur ce qui est fait même s’il n’en a pas l’initiative.

 

2009-2010 : on prend les mêmes

 

zebulon.jpg8 pages et 28 000 exemplaires imprimés pour rappeler des actions qui ont déjà été engagées et présentées dans de précédents bulletins municipaux. Les lecteurs attentifs et réguliers, mais peut-être lassés, du bulletin devraient être incollables sur les actions menées par la municipalité.

 

Nous les invitons à reprendre le bulletin municipal du mois d’avril 2009. Les ressemblances sont frappantes. Certaines phrases sont identiques. Ainsi bulletin d’avril 2009(n°10,p.3)http://www.angouleme.fr/portail/spip.php?mot32&debut_articles=10#pagination_articles : « création de quatre conseils de quartier au printemps 2009 : nouvelle instance démocratique composée de citoyens, force de proposition, relais d’information, partenaire des projets municipaux ». Phrase identique à la page 7 du bilan fait en avril 2010 ! Une nouvelle néanmoins, un an après, ils sont devenus opérationnels. S’agissant de l’agenda 21, mesure phare de la majorité municipale en faveur de l’environnement, nous sommes heureux d’apprendre que « la sensibilisation du personnel s’accélère » alors que le programme a été lancé en avril 2008 ! Si vous avez un peu de temps, nous vous laissons le soin de continuer la comparaison.

 

Deux pages auraient été suffisantes pour présenter le budget 2010. D’ailleurs ne trouvez-vous pas étonnant que six pages soient consacrées à des actions déjà présentes dans le bilan de la première année alors que deux pages seulement suffisent à présenter les actions prévues pour 2010 ? Budget 2010 qui reprend lui-même des actions déjà engagées entre 2008 et 2009. Conclusion : pas grand-chose de nouveau en 2010 !

 

Insister de la sorte sur son bilan ne peut qu’inciter à penser que dans l’esprit du maire les Angoumoisins ne sont pas convaincus par celui-ci. Il n’a pas tort !

Publié dans Vu d'Angoulême

Commenter cet article