le scoop de la Pravda

Publié le par ADC

le week-end politique est riche: alors qu'ADC occupe le terrain pour pointer le bilan du Maire, nous croisons des camarades communistes qui distribuent "Le Citoyen" édité par la section locale du Parti Communiste d'Angoulême...

Inutile de dire que leur prose n'est pas tout à fait en phase avec ce que nous pensons. Mais on peut, en général, reconnaitre aux camarades communistes le mérite d'avoir de la constance dans leurs propos.

Cette fois-ci, la lecture semble très pauvre en liberté de ton... "le Citoyen" a-t-il vocation, comme jadis "la Pravda" à l'Est, à relayer le discours officiel ou à défendre les convictions des camarades?

On retrouve ainsi, mot pour mot, certains mensonges de P.Lavaud dans le bulletin municipal où il se prévalait d'avoir "maintenu les abattements familiaux" alors que ceux ci sont OBLIGATOIRES. Idem pour la création d'un abattement de 10% pour les personnes handicapées! "Vous aviez -15% vous aurez -10%...: dites merci à M. le Maire!"

Plus préoccupant, l'absence complète de référence à l'abstention de Mme Guillet, élue communiste s'il en est... après avoir perdu ses indemnités sera-t-elle exclue du Parti? va-t-on refaire les photos de campagne pour soustraire sa silhouette comme cela se pratiquait du temps du grand Léline?

Il reste que ce tract pointe une information majeure.

Dominique Thuillier, conseiller municipal, nous apprend que "la semaine scolaire à 4 jours, c'est moins 40 000 heures de travail pour les 31 écoles de la ville. La collectivité a fait le choix de préserver l'emploi et tous les agents ont gardé leur poste de travail"

On vient ici nous dire que la gestion n'existe pas, que le maintien des situations acquises est un incontournable, que la peur du changement doit prendre le pas sur le souci d'économie des deniers publics... 40 000h de travail en moins qui ne donnent lieu à aucune adaptation !
Aucune? ce n'est pas tout à fait exact puisque la directrice de la vie scolaire et jeunesse a suivi le chemin de tant d'autres cadres qui se sont fait mettre dehors sans ménagement...  dommage, alors que l'on doit avoir quelqu'un d'expérimenté pour mener ce type de modification!

Ceux qui peuvent goûter pleinement cette méthode de "gestion" sont nombreux:
+les présidents de comité de quartiers à qui on diminue le budget de quelques centaines d'euros;
+les associations à qui on ne cesse de donner des perspectives contradictoires;
+les commercants qui doutent de pouvoir obtenir la moindre aide pour animer la ville;
+les responsables de festivals à qui on a dit que "tous-les-efforts-possibles-ont-été-faits"

+les contribuables qui apprécieraient que chaque euro d'argent public soit géré avec parcimonie...

vu l'ampleur du problème, Angoulême ne peut pas se limiter à demander l'aide de Frédéric Mitterrand... réagissons!

Publié dans Vu d'Angoulême

Commenter cet article