Rejet de la politique, Déni du politique…

Publié le par Jean-Philippe POUSSET

 

Tous les analystes s'accordent à reconnaître hier deux vainqueurs, l'abstention et le Front National.

 

Tous les analystes depuis hier interrogent les élus en place et en premier lieu desquels les Présidents ou Vice Présidents des Conseils généraux sur le point de savoir si ceux-ci n'auraient pas une responsabilité politique dans ces résultats.

 

La Charente n'échappe pas à ces interrogations surtout lorsqu'un canton plutôt paisible comme Hiersac va proposer au deuxième tour un choix inédit PS-FN et que l'abstention sur les trois cantons Centre ville atteint un niveau record.

 

Philippe LAVAUD a lui trouvé l'explication: C'est la faute des humoristes.

 

La rhétorique lavaudienne est connue: c'est la faute de l'Etat…., c'est la faute de Mottet…., c'est la faute de l'opposition…., c'est la faute des autres mais jamais la mienne.

 

 Voici la méthode de Gouvernance d'Angoulême:

 

Décliner en permanence sa responsabilité,

                                   Attaquer violemment, brutalement pour faire mal. 

 

A ce titre, les attaques se multiplient.

 

·         Vincent YOU et Xavier BONNEFONT travaillent au service de nos concitoyens qui les ont élus,  Philippe LAVAUD considère "qu'ils polluent le débat politique"

 

·         Georges CHAVANES, grâce à qui notre commune financièrement existe encore, donne son avis sur la politique de notre maire, Philippe LAVAUD le considère comme "pitoyable".

 

Même si la politique est un sport de combat qu'il ne faut pas laisser à des amateurs, Philippe LAVAUD ferait mieux de s'interroger sur des phénomènes qui le concernent directement:

 

·         La montée spectaculaire sur certains bureaux de notre commune du vote protestataire FN qui est loin de n'être motivé que par des seules considérations nationales.

·         Le recul de son propre camp sur son canton et donc sur sa ville.

·         L'expression permanente de défiance de certains de ses amis sans parler des retournements spectaculaires de quelques anciens amis pourtant très proches.

 

 

Mais de tout cela, point de commentaires, cela ne l'intéresse pas tout comme le débat démocratique, les consultations participatives ou le respect de ses engagements de campagne.

Publié dans Vu d'Angoulême

Commenter cet article