Vidéo-protection : lettre ouverte au maire d'Angoulême

Publié le par ADC

A la suite de notre étude sur la vidéo protection et de notre réunion de rentrée du 13 septembre, qui a accueilli environ 70 personnes et a été l'occasion de présenter nos propositions sur ce sujet, nous publions la lettre que nous adressons au maire d'Angoulême pour qu'il étudie sérieusement l'installation de caméras de vidéoprotection. Nous espérons qu'il nous répondra, peut-être dans le courrier des lecteurs du bulletin municipal.

 

 

Angoulême, le 20 septembre 2010 

 

Monsieur le Maire,

 

Encouragés par le sondage que notre association a réalisé auprès des Angoumoisins sur les marchés de la ville les 4 et 5 septembre derniers (260 personnes favorables à la vidéo protection sur les 292 interrogées), nous vous demandons de bien vouloir examiner avec plus de considération la possibilité d’installer un dispositif de vidéo protection dans notre ville.

 

Cette question dépasse le clivage « droite-gauche » comme en témoigne la politique menée par des maires de villes ayant la même sensibilité politique que vous (M. Collomb à Lyon ou M. Cahuzac à Villeneuve-sur-Lot).

 

Nous sommes conscients que la vidéo protection n’est pas le seul instrument qui permettra de lutter contre les faits de délinquance. L’éducation jouant un rôle primordial en ce domaine. Néanmoins l’étude que nous avons menée sur le cadre juridique de ce dispositif, garantissant la liberté individuelle des citoyens, et les expériences conduites en France, notamment à Soyaux, nous incitent à vous demander de vous pencher avec plus d’attention sur l’intérêt de ce système pour Angoulême. Il ne s’agit pas d’installer une caméra à chaque coin de rue mais dans des lieux biens ciblés.

 

La pertinence de la vidéo protection pour notre ville pourra se faire à travers des institutions qui existent déjà. Vous pourrez saisir le conseil de sécurité de prévention de la délinquance (CLSPD) qui a notamment pour objet de « lutter contre les violences sous toutes les forme ». Vous pourrez également solliciter les conseils de quartier au sein desquels siègent des acteurs de la vie quotidienne (citoyens, chefs d’entreprises, acteurs sociaux, élus) qui pourront non seulement donner leur avis sur ce projet mais également identifier les lieux les plus adéquats pour l’installation des caméras. Une réflexion à l’échelon du Grand-Angoulême, à l’aune des projets menés par Soyaux et La Couronne, nous paraît indispensable pour limiter le phénomène de déplacement de la délinquance.   

 

Enfin, comme vous, nous connaissons les difficultés financières de la ville. Aussi pourrez-vous vous rapprocher des services de l’Etat, qui à travers le fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) prenait en charge, au titre de l’année 2010, les frais d’étude préalable (plafond de 15 000 euros) ainsi que les frais d’installation (entre 20 et 50%).

 

Nous espérons qu’avec votre équipe, vous saurez vous saisir de ce sujet à l’encontre duquel la plupart des Angoumoisins ne semblent pas manifester de crainte particulière.

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sincères salutations.

 

Pour Ambition Démocratie Charente

Le Président

Jean-Philippe POUSSET

Publié dans Vu d'Angoulême

Commenter cet article